Si un avion entrait en collision avec un drone

drone_poormon_blog_post

Quelles seraient les conséquences si un avion entrait en collision avec un drone? Avec la prolifération des petits UAV destinés au grand public et le nombre grandissant de rapports signalant la présence de drones à proximité des aéroports et des aéronefs habités, la question a souvent été posée et la réponse souvent minimisée. Beaucoup de hobbyistes et d’opérateurs plutôt récalcitrants face à la réglementation restrictive encadrant les vols de drones comparent régulièrement l’impact d’un de ces petits appareils à celui d’un oiseau. Leur raisonnement étant que si un avion est conçu pour résister à un impact aviaire, il n’aura aucun problème à résister à un petit UAV fait de plastique. Mais même si un drone et un oiseau ont un poids semblable, les dommages seront-ils les mêmes?

Kevin Poormon, ing.

Kevin Poormon, ing.

Selon l’Institut de recherche de l’Université de Dayton, la réponse est non. Un petit UAV causera beaucoup plus de dommages qu’un oiseau de même poids. C’est le résultat qu’ont obtenu les chercheurs du groupe Impact Physics, spécialisés dans les essais de collision d’objet à très haute vitesse, en projetant un drone DJI Phantom 2 à plus de 200 noeuds sur une aile de Mooney M20. En simulant un impact qui se produirait à la vitesse de croisière du petit avion, ils ont remarqué que le multirotor ne s’est pas désintégré à lors de la collision, mais a pénétré profondément dans la structure de l’aile en endommageant de manière significative le longeron principal comme le démontre le vidéo ci-après. La simulation d’un impact avec un oiseau du même poids a grandement déformé le bord d’attaque, mais la structure principale de l’aile n’a pas été touchée.

En entrevue avec Aviation International News, l’ingénieur responsable du projet de recherche, M. Kevin Poormon, a évalué que l’avion aurait probablement survécu à l’impact, mais que pour un appareil plus rapide, comme un jet privé, le résultat pourrait être pire. Selon M. Poormon, en plus d’une formation et d’un cadre réglementaire adéquat, la sécurité aérienne face aux drones passerait par la conception d’UAV plus frangibles qui permettrait leur désintégration lors d’une collision à haute vitesse.

Source: UDRI, AIN TV